À propos
Précédent

Poussière d'anges

Douce mélodie de ma mélancolie
Berce mes idées noires
Au petit matin de coton
Alors que l’aube s’annonce
Je ne peux retenir mes larmes
De voir cette nuit s’évanouir
Dans les ruines du passé

Il nous faut à nouveau sourire
Mots à mots tout reconstruire
En arrière ne jamais revenir
Se moquer des regrets
Et transcender le futur
Pour naître et n’être que soi
À l’avenir...

Les brumes de ma douleur
Se dissipent sur vos dessins
Vous êtes là, compagnons de route,
Entre les pages de tant d’albums
Mais désormais nous serons seuls
Guidés par vos voix qui hurlent…
De rire !

MD
Suivant