À propos
Précédent

Abrutis d'arbres

J'ai bien l'impression qu'ils sont en train de mourir de l'intérieur, ces arbres.

Il les fixait, le regard triste. Il avait l'impression de parler tout seul.

Des années que ces hêtres ne poussaient plus. Il lui semblait bien qu'avant, il en avait été autrement. Ils perdaient leurs racines, ne lançaient plus leurs branches à l'horizon. La sève avait cessé de couler. Leur folie les enfonçait sous terre.

Était-ce la pollution, les déchets, la planète exploitée, la nourriture pourrie qu'ils absorbaient, ces arbres ?

Pierre était écrivain et il était inquiet pour ses frères d'arbres. Il gagnait sa vie en cultivant des romans à l'eau de rose. Et soudain, devant ces hêtres flétris, se sentait assailli d'une forêt de questions.

Voyaient-ils la bêtise aberrante dont ils s'abreuvaient ?

Devait-il écrire sur un monde meilleur mensonger, ou faire face ?

N'était-ce pas déjà trop tard ?

Comprendraient-ils qu'il ne parlait pas vraiment d'arbres ?

SL
Suivant